• Le temple de Ngômô

    Merci de lire ces quelques lignes

    Je dédie cet article à la mémoire de mon grand-père, le pasteur Henri Ndjavé, qui a consacré toute sa vie au service de l'enseignement et de l'évangélisation de ses semblables, en ces lieux.

    Il est décédé le 14 octobre 1962, dans les bras de son dernier fils, mon père. Même s'il n'a pas fait de moi un grand dévot, il a semé en moi une petite graine de spiritualité qui a su germer comme elle a pu; je l'ai arrosée à ma manière, mais elle n'a pas dépéri. On ne peut imaginer les endroits où Dieu se tient....La seule vrai Religion étant celle que tous les hommes acceptent, laissant à chacun son opinion particulière, et qui consiste à être des Hommes bons et loyaux ou Hommes d'Honneur et de Probité, quelles que soient les Dénominations ou Croyances qui puissent les distinguer; Une telle religion est le Moyen de nouer une véritable Amitié parmi des Personnes qui eussent dû demeurer perpétuellement Éloignées.

    Maintenant, vous savez tous que Ngômô (Ôngômô) c'est la mission protestante en face de mon village, sur le fleuve Ôgooué (Ôgôwè de son vrai nom). Les missionnaires sont venus, ils ont entendu prononcer les noms, et ils les ont transcrits comme ils les entendaient. Les écrits restent.

    La mission a été fondée en 1898 avec école, dispensaire et case de culte par M. Ernest Haug. Ndjavé, mon grand-père, en fut un des tout premiers enseignants avant de devenir pasteur en 1930. Très vite, les missionnaires de Ngômô lui ont confié la charge de cette paroisse qui s'étendait sur plusieurs kilomètres le long de fleuve, jusqu'en 1954 année de sa retraite.

    En 1934, commence l'édification du temple, sur la place la plus haute de la station, sous l'impulsion d'artisans et ingénieurs missionnaires dont un certain nombre originaires d'Alsace. Les élèves de l'école qui, à cette époque avaient souvent plus de 18 ans, ont pris une part active à ces travaux: taille des pierres, fabrication et cuisson des briques d'argile, coupe du bois pour le four à briques. Mes jeunes parents en faisaient partie.

    Voici l'état de ce bâtiment en 1938 (photo des archives de la Société des Missions Évangélique de Paris)

    Le temple de Ngômô

     

    Le temple fut finalement inauguré le 25 juin 1939: un bel édifice. 

    En 1940, les pétainistes et les gaullistes se battent le long du fleuve pour le contrôle de Ngômô. Une mitrailleuse fut installée au sommet du clocher de l'église et on dut casser les persiennes pour laisser passer le fut du canon pour tirer sur les bâteaux qui passaient sur le fleuve. Ces persiennes n'ont jamais été réparées.

    Voici le temple de nos jours. La photo est de 2013.

    Le temple de Ngômô

     

     

    « Du côté de Cadaqués (Espagne)Araignée (Gasteracantha versicolor) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Octobre 2015 à 18:04

    Bonsoir Pascal. Un bel et émouvant hommage à ton grand père. La Foi ou la non Foi, chacun la vit à sa manière mais personnellement je les respecte toutes, sans distinction, à condition qu'elles ne fassent plus commettre des crimes en son nom comme c'est un peu trop souvent le cas en ce moment et comme ce fut le cas au cours des siècles. La Foi doit faire soulever des montagnes, construire, rendre ceux qui la pratiquent heureux. C'est ainsi que je la vois.

    Merci pour ce joli billet que j'ai lu tranquillement et apprécié. Bonne soirée.

    2
    ptb41
    Mercredi 14 Octobre 2015 à 18:07

    Un bel hommage à ton grand-père , il peut être fier de ses descendants qui forment une si belle tribu Arc-en ciel . 

    Bizzz à partager

     

    3
    Mercredi 14 Octobre 2015 à 18:18

    bonsoir pascal,

    un bien bel hommage à ton grand-père. il ne faut jamais oublier nos ancêtres, ils sont en nous ... passe une bonne soirée, bises, véronique

    4
    Mercredi 14 Octobre 2015 à 18:26

    Bon soir Pascal,
    Voilà un très bel hommage que tu fais à ton Grand-Père.
    J'y ressens une émotion certaine.
    La seule spiritualité que je puisse admettre est celle qui ne fait pas couler de sang.
    Après elle appartient à chacun et ce sont des choses qui sont très personnelles dans lesquelles ont doit se sentir en accord.
    Qu'on l'attache à une religion n'est pas pour moi un problème à condition qu'elle soit porteuse de paix et d'amour de la vie.
    Merci pour ces deux photos qui montrent bien l'évolution du lieu.
    Je te souhaite une belle fin de soirée

    5
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 04:43

    Merci pour l'émotion. Le clocher reste à jamais un vestige de la guerre.

    6
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 08:19

    à chacun ses convictions ses combats dans le respect de l'autre dans la tolérance.. je sais que tu es ainsi .je suis athée. mais tes mots sont des mots de paix de tolérance de réflexion aussi. tu me fais penser aux sages du temps jadis.. sourire.. je t'estime beaucoup . je ne peux pas me raccrocher à mes ancêtres à mes parents.. c'est mon déséquilibre, mon fardeau..

    profonde sympathie pour toi pour ce que tu laisses transparaître.

    7
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 08:46

    C'est quand même dommage de ne pas réparer ces persiennes !

    Le bâtiment a encore l'air impeccable !

    Bonne journée !

    8
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 10:29
    missdaphne44

    Très bel hommage à ton grand-père Pascal !

    J'aime ces deux photos, dommage pour cet édifice que l'on ne remette pas en états ces persiennes .

    Bonne journée à toi.

    Amitiés 

    9
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 10:50
    Didier 85

    Je ne crois en aucun dieu ni aucune religion !
    Ton article est un bel hommage à ton grand-père qui t'a transmis quelque chose
    Bonne journée Pascal

    10
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 11:00

    Il n'importe pas qu'un être soit croyant ou pas. Il est plus important qu'il soit BON   /  Dalaï Lama

    Deux superbes photos en hommage à ton grand-père ; j'aime ça !

    Amicalement  et très bonne journée Pascal

    11
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 11:55

    Un hommage émouvant et par ta seconde photo , j 'y vois un élan d'espérance  à la paix !

     

    12
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 13:48

    Bonjour Pascal,
    C'est un bel hommage,
    et quel dommage que ne pas réparer ces persiennes..
    Et dire qu'à l'époque de la construction, il n'y avait pas de grue,  pas d'étais..  c'était des pieux en bois pour échafaudage.
    Bel article.
    Bisous et belle journée

     

    13
    JC
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 14:29

    Cette belle histoire m'a fait remonter dans le temps avec émotion. Ta conception de la religion me va droit au coeur et je la partage. Merci pour ce beau moment. Amitiés. Joëlle

    14
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 18:33

    un bel hommage , émouvant et poignant. 

    J'aime ce que tu as écris et je partage ta vision de la religion .

    Bonne soirée Pascal

    15
    juliette
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 18:55

    j'adhère complètement avec ta phrase Pascal

    "La seule vrai Religion étant celle que tous les hommes acceptent, laissant à chacun son opinion particulière, et qui consiste à être des Hommes bons et loyaux ou Hommes d'Honneur et de Probité, quelles que soient les Dénominations ou Croyances qui puissent les distinguer"

     

    Une mitrailleuse installée dans un clocher ! c'est aberrant !!!!

    Bonne soirée 

    16
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 22:36

    Une pensé  pour ton Grand-Père , à la vie tout Bonnement Bien accomplie . Cet édifice sacré est donc à son image. éternel.

    17
    Jeudi 15 Octobre 2015 à 22:42

    Bel hommage à ton grand-père. La Foi peut prendre différents aspects. Il faut respecter les autres car c'est se respecter soi-même. Admettre que l'on puisse avoir tort, admettre que l'autre puisse voir la vie d'une autre façon, admettre que l'on puisse être différent.

    Il ne faut pas confondre la Foi et la religiosité et c''est ce qui se passe un peu trop en ce moment

    Bonne soirée

    18
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 01:45
    mélanite

    Passionnée des histoires de famille, devant ce témoignage de respect, d'amour et d'intégrité morale, j'ai eu envie de partir voir vivre les belles images anciennes que tu nous as proposées.

     

     

      • Vendredi 16 Octobre 2015 à 10:06

        Ah, tous ces enfants que je reconnais et qui sont aujourd'hui des hommes puisque ces images datent de quelques années! Et les pages de mes livres que je relis comme si je les découvrais...

        Merci de ton passage Mélanite

      • Vendredi 16 Octobre 2015 à 10:09

        Mon livre et non mes livres

    19
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 03:22
    mélanite

    Oups je voulais mettre en lien cette balade sur le fleuve Ogowé, je crois qu'on aperçoit furtivement ton village.

      • Vendredi 16 Octobre 2015 à 09:58

        Oui, quand on survole Ngômô

    20
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 15:57

    Un bel édifice qui rappelle à jamais des souvenirs...Qu'il est bon d'en garder les traces...Bises



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :